Je me suis dit : « Il me faut une ruche ! »  

À 25 ans, Thibaut Boucher est un jeune pâtissier et le créateur du Rucher de Géromesnil. Passionné de cuisine depuis son plus jeune âge, il dirige ses études vers sa passion. Après être passé dans des maisons prestigieuses telles que le Warwick, le Thoumieux (propriété de Jean François Piège) ou encore la Tour d’Argent, Thibaut a souhaité revenir à ses fondamentaux en réintégrant sa région natale. Devenant ainsi pâtissier au Dolce de Chantilly, il découvrira un attrait nouveau pour l’apiculture. Il est aujourd’hui chef pâtissier de La Grange aux Loups, restaurant à Apremont, dirigé par le chef cuisinier Dorian Wicart, tout juste distingué « jeune talent » au Gault et Millau (guide gastronomique).

En 2014, Thibaut créé Le Rucher de Géromesnil avec comme objectif de pouvoir vendre sa production de miel et ainsi développer son cheptel au fur et à mesure, pour, à terme, vivre de cette passion.
Rencontre.

2016-11-04-16-00-03

Alexis : D’où vient cet attrait pour l’apiculture ?
Thibaut : Je suis passionné par la nature et tout ce qui s’y rapporte. Il y a quelques temps mes grands-parents m’ont offert un lopin de terre. J’y ai planté des arbres, j’y fais un potager mais il me manquait encore quelque chose… Intéressé par la permaculture et toutes autres approches naturelles, je me suis dit : « Il me faut une ruche !». De fil en aiguille, en lisant, en parcourant des vidéos sur Youtube et en apprenant l’apiculture auprès de Luc Leclere (apiculteur à Béthisy-Saint-Pierre), la passion m’a envahie !

Pouvez-vous nous expliquer ce métier ?
Ce métier consiste pour la plus grosse partie du temps au suivi de l’évolution de la colonie. Nous [apiculteurs] sommes, pour les plus raisonnables, de « simple bergers ». Nous sommes là pour vérifier l’état sanitaire (maladies, acariens), l’état des réserves (miel, pollen, etc.) et enfin l’état de l’essaim en lui-même. Nous ne récoltons en fait que le surplus de production de ces êtres incroyables.

Vous faites une production totalement bio ?
Le label bio vu dans les grandes surfaces et autres n’est pour moi qu’un simple label commercial… Le but de mon approche est d’imiter le plus possible ce que fait la nature. Je ne nourris les abeilles que quand cela est vraiment utile et je traite le varroa si nécessaire (le varroa est un genre de petit poux qui suce la nymphe (sang) de l’abeille) mais en aucun cas je suis présent au quotidien dans chacune de mes ruches. Je respecte le plus possible le cahier des charges du label bio même si mon but n’est pas de l’obtenir. Mon objectif à long terme est de faire de l’apiculture naturel et non bio.

Quelles sont les difficultés de ce métier ?
Les difficultés sont multiples mais la principale est la mortalité des abeilles qui est due principalement à l’activité de l’homme moderne… A savoir :

  • Son utilisation excessive des pesticides
  • La monoculture
  • Le varroa (apporté par l’homme)
  • Les mauvaises pratiques apicoles et le non-respect du vivant dans son ensemble.

Il y a aussi le matériel qui est assez onéreux dans l’ensemble, les normes d’hygiène de plus en plus drastiques, et le voisinage qui n’est pas toujours compréhensif et qui parfois, n’accepte pas la présence des abeilles.

Où installez-vous vos ruches ?
Mes ruches sont installées pour le moment dans mon village car il s’agit d’un lieu possédant une très bonne diversité florale. Dans le futur, je serai amené à trouver de nouveaux emplacements pour développer mon activité et ainsi pouvoir en vivre. L’emplacement idéal serait :

  • Avec une exposition plein sud
  • Protégé des grands vents froids
  • Clôturé pour éviter les vols de plus en plus fréquents
  • Avec une grande diversité florale : des prés, des forêts, des champs, des vergers et toutes autres plantes mellifères
  • Avec un accès voiture.

Comment nous conseillez-vous de manger du miel ?
Le mieux pour consommer le miel, c’est déjà de connaître sa provenance et son mode d’extraction : récolté à froid et conditionné immédiatement afin d’éviter de perdre ses propriétés et son goût. Ensuite il suffit de prendre une cuillère et de mettre le miel directement sous la langue  pour  une diffusion lente, permettant ainsi d’éveiller son palais des saveurs. On peut aussi en faire du pain d’épices, des bonbons, des tartes etc. Bien sûr, il n’y a pas que le miel : le pollen, la propolis, la gelée royale ont aussi de très bonnes propriétés.

Comment voyez-vous votre avenir au niveau apicole ?
J’aimerais, dans l’avenir, avoir environ 120 ruches de production et 60 ruchettes pour créer de nouveaux essaims (afin de renouveler le cheptel et réaliser des ventes) pour une production de trois à quatre tonnes de miel, quelques kilogrammes de pollen, de la propolis et bien sûr de la cire.
En ce qui concerne les ventes, je les effectuerai sur des marchés et je démarcherai des points de vente tels que les AMAP, les boulangeries, les épiceries et les différents petits commerces régionaux.

2016-11-04-16-00-23
Quelques chiffres

Date de création : 2014
Nombre de ruches : Cheptel d’une vingtaine de ruches
Production annuelle moyenne : La production varie selon les années et la météo, allant de 0 à 50kg par ruche voire plus pour les ruches les plus performantes.

Info pratiques :

Les tarifs : ils varient en fonction du type de miel :

  • Toutes fleurs : 12€ le kg
  • Mono floral (tilleul, acacia,…) : de 14€ à 18€ le kg

Où s’en procurer ? Le domicile de l’apiculteur est pour l’instant le seul point de vente, mais il est possible de se faire livrer, moyennant des frais supplémentaires.

482 rue Aristide Briand
60320 SAINT SAUVEUR

Contact :

Thibaut BOUCHER
Tél : 06.17.22.72.54
Mail : ps52@hotmail.fr

Alex.bcr

Publicités
Cet article, publié dans Artisans, Oise, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s