1557 résonne encore à Saint-Quentin

Ce week-end s’est déroulée au parc des Champs-Elysées à Saint-Quentin la traditionnelle Fête historique, axée cette année, autour des 460 ans de la fin du Siège de la cité Picarde par les espagnols.

Compagnies d’époque, barde et artisans d’art se sont attelés à reconstituer un marché authentique d’époque. Ambiance de rigueur, les décors projettent autour d’eux une aura nous ramenant ainsi quelques siècles en arrière.

IMG_4808

Reconstitution de chambrée, salle à manger en plein air, ce sont les yeux et les narines qui nous confirment que nous sommes bien revenus au temps des Lumières. On y retrouve quelques-uns de ces métiers dont on ne parle quasiment plus : des armuriers, des bardes nous racontant des histoires authentiques… Il était également possible d’y faire son marché. À raison de saucisson, de broche, et de reproduction diverses.

La Mesnie de Latours confie sa joie d’être présente, armures étincelantes, et chope de bière à la main. Difficile d’être plus authentique pour cette troupe qui joue la reconstitution historique.

IMG_4784

Jean-Luc Pommerolle peintre, graveur, médailleur avec son habit traditionnel « crevés »,  confirme la bonne ambiance présente sur la fête : « Beaucoup de monde est venu, cela fait chaud au cœur, d’autant que le public est un public intéressant et surtout intéressé. Je présente pour ma part un atelier d’imprimerie d’époque, et les gens me posent beaucoup de questions, même concernant mon costume. »

img_4783.jpg

Les enfants ont également trouvé leur bonheur en réalisant, lors d’ateliers organisés, leur bouclier avec les blasons qui les font rêver : dragons, chevaux, et bien d’autres merveilles.

IMG_4807

S’il y avait tant de monde, c’était peut-être aussi grâce spectacle programmé le Dimanche après-midi Le siège de Saint-Quentin : Les canons de 1557 résonnent encore.

Pierre Kolle, créateur de la toute jeune et pourtant talentueuse société Chronix à l’origine de ce show détonnant raconte : « J’ai proposé mon spectacle au maire, Frédérique Macarez, qui m’a donné carte blanche pour la réalisation. Le délai a été assez court : cinq semaines pour concevoir décor, scénario, musique… À raison de 70-75 h/semaine, c’est un véritable investissement personnel qui je l’espère aura plu aux grands comme aux petits ! Le système de synchronisation de réaction du décor aux événements est le même que celui utilisé par le Puy-du-Fou entre autres. »

Et l’effet a bien été présent devant les pièces d’artillerie reproduction datant du XVIIe siècle. Elles se sont fait entendre jusqu’au haut de la rue de Paris, et jusqu’à l’hôpital.

Aucun doute n’est permis : les canons résonnent encore. « Les charges à blancs étaient à base de poudre noire. À environ 1 mètre de distance, le niveau était de 110-120 décibels. C’est ce qu’on appelle le seuil de douleurs correspondant au bruit d’un avion à réaction. Nous avons  distribué des bouchons d’oreilles pour que chacun puisse en profiter sans danger. »

Alex BRDNN &
Photos de Peter CTTRT 

Publicités
Cet article, publié dans Aisne, Salons/Expositions, Sorties, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s