Originaire du Togo, elle rend hommage à la Picardie dans son premier roman

Originaire du Togo, Assiba Adjanohoun a passé une partie de sa jeunesse dans plusieurs coins de la Picardie. Une région à laquelle la professeure documentaliste s’est attachée, et rend hommage dans ce premier roman du terroir : Stella.

stella 4

En Picardie depuis une vingtaine d’années, après avoir suivi ses études à Amiens, Assiba Adjanohoun est arrivée dans l’Aisne pour exercer sa profession. Passionnée de littérature, mais aussi d’écriture, cette femme de 43 ans s’est lancée dans l’aventure de l’auto-édition. « J’ai l’impression d’écrire depuis toujours. Petite, j’écrivais des poèmes. Pour moi, écrire est quelque chose de naturel », confie l’auteure.

stella 1

La professeure documentaliste, qui exerce depuis cinq ans, se lance donc dans l’écriture de ce premier ouvrage, retraçant la vie de deux Picards ; Lucien et Stella. Une histoire qui se déroule sur plusieurs années à la Croix-Fonsomme, remplie de tendresse. Une affection que cette mère de famille porte pour la Région: « J’aime tout. On a de la chance d’être Picards. La Picardie n’a rien a envier à d’autres régions. On a de la verdure, des beaux paysages. »

 

C’est la raison pour laquelle, Assiba Adjanohoun a préféré rester aux alentours de Saint-Quentin pour réaliser son rêve. « Je veux donner envie de lire. J’ai utilisé un papier spécial, agréable au toucher. Pour cela, j’ai fait appel à l’imprimerie de Gauchy, Alliance. Je suis vraiment satisfaite du résultat, ils ont vraiment répondu à mes attentes. Et c’était important pour moi que cela ait été fait ici », poursuit l’écrivain.  Pour concrétiser son rêve, l’Axonnaise a écrit et corrigé son bébé durant un an.

stella 4

La professeure documentaliste a pu compter sur le soutien de ses collègues, ainsi que sur ses élèves : « J’avais vraiment envie que la lecture soit agréable. Qu’il y ait du rythme, de la musicalité. J’y ai mis tout ce que j’aime. J’aime manger, j’aime lire, j’aime la musique… » Un livre qui parle également du destin, de vies qui s’entrelacent.  Un destin qui l’a peut-être conduit sur les routes saint-quentinoises dont elle  apprécie les restaurants et le fameux théâtre Jean-Vilar, mais également la petite salle de spectacle de la Manufacture.

Manon Capelle

Assiba Adjanohoun sera au salon du livre de Noël de Saint-Quentin,  le 10 décembre prochain. Stella, en librairie, 12 euros.
Publicités
Cet article, publié dans Aisne, Auteurs, Personnalités picardes, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s