Les arts se sont donnés rendez-vous à Senlis

Le 11 août s’est ouvert le salon des Arts d’été à l’église Saint-Pierre, place André-Malraux à Senlis. Une exposition ouverte au public organisée par la ville de Senlis et l’association Art et Amitié, association qui réunit les artistes de la commune.

À l’église Saint-Pierre, lieu chargé d’histoire, et dans une ambiance chaleureuse, peintres, sculpteurs, dessinateurs, photographes, plasticiens, et autres artistes présentent leurs oeuvres. Du travail du bois à celui du métal, en passant par la restauration de tableaux ou encore la réalisation de poterie, notre patrimoine artistique est superbement représenté. Les artistes ont plaisir à partager leur métier qui est pour eux aussi une véritable passion. Certains exposants réalisent des démonstrations en direct. Des stages de calligraphies et de pastel sont proposés par Stéphane Devaux et Philippe Autefage.

La météo faisant défaut ce mois d’août, voilà une idée sortie pour profiter de l’été en toutes circonstances !

DSC_4498

DSC_4502

DSC_4503

DSC_4512

DSC_4532

DSC_4539

DSC_4549

DSC_4572

Elodie Del

Jusqu’au 15 août de 10 à 19 heures, entrée gratuite.

 

L’Artisanes Thés Cafés, artisan torréfacteur à Saint-Quentin

À quelques pas de la place de l’Hôtel de Ville, face à l’Office du Tourisme, émane la senteur d’un café bien chaud avec des notes qui vous réveillent et suscitent l’envie de déguster, de savourer chaque instant, précieux, dans une ambiance familiale et conviviale.

Deux personnes qui s’amusent à dire « avoir un grain, de café ! » (oui, il faut un peu de folie pour être passionné de café, chocolat, thé, infusion etc..) nous accueillent et nous proposent la dégustation de leurs produits (en vrac, comme il se doit). Selon que l’on aime plus l’acidité, l’amertume, les notes florales ou fruitées, selon les saisons et les envies de notre palais, il y a forcément un breuvage ou une « Potion Magique » qui nous correspond !

L’ambiance est joyeuse, conviviale, tout le monde parle, discute, débat, philosophe (ça tombe bien, ils organisent des cafés-philo, une fois par mois). Une terrasse extérieure nous accueille lors des journées ensoleillées et des artistes l’animent en réalisant des peintures.

En parlant d’art, l’étage accueille une exposition par mois. Des vernissages sont possibles et permettent de rencontrer l’artiste, le tout dans un cadre cosy et tamisé, avec la musique au choix. Des jeux de société vous sont proposés et des associations viennent régulièrement animer l’étage.

On apprend via certains jeux à éduquer son palais et à reconnaître les notes aromatiques des produits. Élodie, élue seconde meilleure torréfactrice de France, raconte avec amour le processus subtil de torréfaction d’une variété de café vert (importé en circuit court) afin d’en révéler les différents profils.

On se sent déjà transporté dans l’univers. Nous décidons de s’intéresser au travail du café torréfié, et c’est David qui nous réalise avec soin et attention deux cappuccinos (ornés d’un Latte Art), avant de nous tendre un Freakshake, surmonté de son brownie (fait maison par leur partenaire Les Biscuits Mademoiselle).

Sur place ou à emporter, l’Artisanes propose donc des boissons chaudes (cafés avec différentes méthodes d’extraction, thés, infusions, recettes gourmandes) mais aussi des boissons fraiches (smoothies, milk-shakes, thés, cafés, jus vegan). Pas de sodas, pas d’alcool, ici que des produits sains et travaillés dans le respect de tous les acteurs de leur consommation.

Finalement, le temps file et l’après-midi touche à sa fin. On s’y sent tellement bien que l’on y resterait volontiers.

 

Adresse : 3, rue Émile Zola, 02100 SAINT-QUENTIN.

 

Julien

Les marchés hebdomadaires organisés par les villes et villages de l’Oise

Les marchés animent villes et villages du département quotidiennement. Lors de ces marchés, vous pouvez trouver divers produits, dont des produits locaux qui soutiennent les artisans et les producteurs de la région. Une bonne action, une bonne détente… mais surtout de bonnes affaires en perspective !

Carte-Oise-4.jpg

Marchés qui ont lieu le lundi

Lundi matin : Beauvais (quartier Argentine).

Lundi après midi : Granvilliers (place Barbier).

 

Marchés qui ont lieu le mardi

Mardi matin : Chantilly (Bois Saint Denis), Compiègne (marché alimentaire sur la place Jules Dulac), Lamorlaye, Noailles, Pont-Sainte-Maxence (place du Maréchal Delattre de Tassigny), Saint Just en Chaussée, Senlis (centre ville).

 

Marchés qui ont lieu le mercredi

Mercredi matin : Baron, Chambly (place Charles de Gaulle), Chantilly (place Omer Vallon), Compiègne (marché alimentaire rue Saint Corneille), Coye la Forêt (rue d’Herivaux), Creil (place Carnot), Crépy-en-Valois (place de la République), Formerie (Cour le Roi), Liancourt, Noyon, Precy sur Oise (place Bourgeois), Ressons sur Matz (place Baudelaire).

Mercredi après midi : Breteuil-sur-Noye.

Mercredi toute la journée : Beauvais (place des Halles), Compiègne (centre ville et Clos des roses).

 

Marchés qui ont lieu le jeudi

Jeudi matin : Bresles (place du 11 novembre), Compiègne (marché alimentaire place Carnot), Creil (Champ de Mars), Gouvieux (place Amic), Montataire (place de la Mairie), Orry la Ville.

Jeudi après midi : Crevecoeur le Grand (place de l’Hotel de ville).

 

Marchés qui ont lieu le vendredi

Vendredi matin : Bethisy-saint-Pierre, Chantilly (Bois Saint Denis), Compiègne (La Victoire), Lagny le sec, Maignelay Montigny (place Général de Gaulle), Marseille en Beauvaisie, Meru (place de l’Hôtel de ville), Neuilly en Thelle, Nogent sur Oise (place Borton), Pierrefonds (place de l’Hôtel de ville), Pont-Sainte-Maxence (place du Général Leclerc et place d’Armes), Ribecourt Dreslincourt, Senlis (centre ville).

Vendredi après midi : Verneuil en Halatte.

 

Marchés qui ont lieu le samedi

Samedi matin : Bornel (place de l’église), Chambly (place Charles de Gaulle), Chantilly (place Omer Vallon), Clermont (place Vohburg), Coye la Forêt (rue d’Herivaux), Creil (place Carnot), Crépy-en-Valois (place Gambetta), Lamorlaye, Mareuil sur Ourcq, Nanteuil Le Haudouin (place de l’église), Noyon, Precy sur Oise (place Hutchenhausen), Saint Crépin Ibouvillers (parking de la Poste), Saint Leu d’Esserent (place de la République).

Samedi après midi : Granvilliers (place Barbier), Mouy, Verberie.

Samedi toute la journée : Beauvais (place des Halles), Compiègne.

 

Marchés qui ont lieu le dimanche

Dimanche matin : Auneuil, Crépy-en-Valois (parking de Champion), Estrée Saint Denis, Formerie (Cour le Roi), Gouvieux (place Amic), La Croix Saint Ouen, Le Plessis Belleville (place du Village), Longueil Annel, Meru (place de l’Hôtel de ville), Montataire (place de la Mairie), Plailly, Pontpoint (place de l’église), Sainte Geneviève.

 

Déborah Lecomte–Desprez

Les secrets de la fabrication de la bière révélés par Philippe Gagniard

Le 10 juin dernier, nous vous avons présenté la Brasserie Saint Médard et son fondateur, Philippe Gagniard. Lors de la visite de la brasserie, ce dernier nous a présenté les ingrédients pour réaliser une bière. Retour sur les secrets de la fabrication d’une bonne bière.

Dans la salle où le brassage a lieu, Philippe Gagniard nous a présenté les différents ingrédients nécessaires à la réalisation d’une bière.

IMG_7963

L’ingrédient principal de la bière est le malt. Il s’agit de céréales (orge ou plus rarement du blé) qui ont été germées, torréfiées et dégermées afin de faire ressortir les sucres du grain. La couleur du malt vire du jaune au noir, ce qui peut influer sur le goût et la couleur de la bière. Le brasseur de la brasserie Saint-Médard, Philippe Gagniard, dispose pour sa part de huit types de malts différents.

IMG_7962

Le deuxième ingrédient majeur, le houblon, est une herbe grimpante de la famille du chanvre, de l’ortie et même du cannabis. Cette plante contient tous les acides qui permettent de stabiliser la bière et de la garder stérile. Ils lui procurent son amertume. Il existe des houblons plus ou moins amers, qui donnent des arômes variés à la bière.

IMG_7959

Le dernier ingrédient, la levure, est un petit micro-organisme de la famille des champignons, qui permet la transformation des sucres en alcool dans un premier temps, puis le développement de bulles dans un second temps.

IMG_6093_min

Dans certaines recettes, on utilise également du sucre Candy (notamment pour certaines bières belges) qui donne un gout plus caramélisé à la bière, et redémarre le processus de fermentation quand les sucres du malt sont transformés en alcool. Les recettes utilisant cet ingrédient donnent des bières plus fortes et plus alcoolisées.

9df4abaeb1e23cf5770ea5fc26fae3a9

Concernant le processus de fabrication, le malt est d’abord concassé pour être infusé dans de l’eau en respectant certains paliers de température. Ces paliers peuvent varier en fonction de la recette et des malts utilisés. Le houblon est ensuite ajouté pour être infusé à son tour. A cette étape, on obtient le moût, c’est-à-dire une mixture de malt et de houblon, qui doit être stérilisée afin d’éviter toute infection lors de la fermentation. Cette mixture est filtrée pour retirer les résidus de malt concassé et de houblon, puis portée à ébullition pendant environ une heure, avant d’être refroidie à température ambiante. La bière est alors ensemencée avec la levure désirée et la fermentation commence.

IMG_7967IMG_7968

La bière subit une première fermentation puis une seconde après soutirage et mise dans une nouvelle cuve. Le sucre est ajouté lors de l’embouteillage et la bière entame sa dernière phase de fermentation. Contrôler l’ajout de sucre est extrêmement important. Par exemple, la bière blonde étant une bière légère, le brasseur ne doit pas incorporer trop de sucres fermentescibles (qui se transforment en alcool au contact d’une levure), au risque de produire une bière trop forte en goût et en alcool. Cette fermentation en bouteille se fait aux alentours de 20/25 degrés et permet non seulement de rendre la bière gazeuse mais aussi d’affiner son goût.

IMG_7971

Déborah Lecomte–Desprez


Concours : A l’occasion de la Saint Médard qui était fêtée le 8 juin dernier, nous vous proposons de gagner sur notre page Facebook la nouvelle bière de la Brasserie Saint-Médard: La Blanche.

Le rêve d’une brasserie artisanale et solidaire devenu réalité

Chaleureuse et solidaire, la brasserie Saint Médard à Compiègne est une brasserie artisanale unique en son genre. Née d’une idée qu’a eu son fondateur en 2015, avant de se lancer officiellement en 2016 avec un premier brassage en novembre, cette brasserie respecte un enjeu local, social, et environnemental important. Rencontre avec Philippe Gagniard, brasseur de 15 ans d’expérience qui a choisi de tout quitter pour réaliser son rêve. 

IMG_7995

Philippe Gagniard est un brasseur passionné : « La bière, c’est le produit qui m’a le plus intéressé quand je travaillais dans l’industrie. C’est un produit génial autour duquel on peut se retrouver à la fin de la journée. Elle a cet élément : la convivialité. » Après 15 années de métier dans l’industrie, il a été interpellé par la COP 21 de Paris en 2015 et le message du Pape François: « Il faut s’occuper de la planète. » Conscient que les brasseries locales n’étaient pas compétitives par rapport aux usines avec l’essor du verre à usage unique, il a décidé de se lancer dans un projet original : mettre son savoir-faire au service d’une brasserie artisanale qui produit et distribue des bières en bouteilles consignées. Cet enjeu environnemental lui permet de réduire son coût en verre, mais surtout de limiter le gaspillage et l’impact sur l’environnement, puisque chaque bouteille distribuée et consommée est ensuite récupérée et réutilisée.

IMG_7948

IMG_7980

IMG_7952

Après nous avoir accueillis dans la salle où il entrepose son stock de produits finis, Philippe Gagniard nous confie qu’il travaille dans la brasserie avec Fadi Saoud, un réfugié Syrien de 35 ans qu’il a rencontré par l’intermédiaire d’amis, qui livre les bières et qui l’aide à brasser : « Pour moi, il était important de créer une activité avec un sens social. Pour avoir vécu longtemps dans l’industrie, je me rends compte que trop de gens sont laissés de côté … De plus en plus de personnes sont hors circuit. Il y a un réel besoin de solidarité et de création d’emplois pour ces personnes ». Les caisses en bois dans lesquelles sont livrées les bouteilles sont par ailleurs fabriquées par des travailleurs handicapés (L’ESAT Edmond Dufour à Chauny). Soucieux de l’insertion sociale, que ce soit pour les jeunes, pour les réfugiés, pour les accidentés du travail ou pour le monde du handicap, ce brasseur tient à ce que son activité soit solidaire : « Mon rêve c’est qu’un de mes employés livre un jour une bière et puisse dire au client « C’est moi qui l’ai faite ». »

IMG_7953

IMG_7954

IMG_7956

La brasserie Saint Médard propose quatre types de bières : une brune, une ambrée, une blonde et une blonde pur malt. Pour la blonde, le brasseur utilise plusieurs malts et du houblon alsacien. Ce qui est important c’est que la bière ait du corps et un certain degré d’amertume: « Pour moi, la qualité, c’est fondamental… Tout autant que la solidarité et le respect de l’environnement. »

IMG_7978

IMG_7979

Le logo de la brasserie est Saint Médard, le premier évêque de Noyon. Le créateur de la brasserie l’a choisi car c’est un saint local, patron des brasseurs, qui est connu pour ses attentions en faveur des plus démunis et pour sa générosité.

 

IMG_7990

Lors de la dégustation, Philippe Gagniard déclare : « Le brasseur, son premier boulot, c’est de faire une belle mousse. On dit que la bière on la déguste à tous les sens, en majeure partie grâce à sa mousse. Lorsqu’on sert une bière, à l’oreille, on a déjà une première idée de la qualité. Puis, avec nos yeux, on observe sa couleur, sa mousse.. Mousse qu’on déguste ensuite, où on apprécie son volume et sa texture. »

IMG_7992

IMG_7994

La dégustation est bluffante. « Le gros frein de la bière c’est l’amertume. C’est une chose de faire une bonne bière, mais il faut que la bière plaise…. » et c’est chose faite, avec déjà 1000 litres vendus en seulement deux mois! Avec la politique et la qualité de ses produits, la brasserie Saint-Médard ne peine pas à trouver des clients et à les fidéliser : « Avec le format 75cl, je fais une prime à la convivialité. Comme c’est un format qui est à partager, j’ai choisi de faire un prix plus bas pour celui-ci. » Même si la vente s’effectue principalement en ligne par packs de 12 bouteilles de 33cl (ou de six bouteilles de 75cl) et qu’il est difficile sur le site de pouvoir faire des panachés, la brasserie propose malgré tout des coffrets dont un coffret découverte à 19,90€ qui permet d’éviter de prendre un pack de 12 bouteilles similaires directement. Les livraisons se font à domicile sur l’agglomération de Compiègne, sur créneaux horaires, et sont gratuites.

IMG_8000

Par ailleurs, certains cavistes tels que Bières et compagnie à Compiègne dans la ZAC de Mercières proposent également l’achat de ces bières, la brasserie ne possédant pas de magasin sur place :  « Je cherchais un local autour de Compiègne et j’ai été heureux de trouver dans la rue Saint Lazare. Il faut être près d’une ligne de bus pour que les clients puissent profiter des transports gratuits ! Le fait d’être en centre-ville fait qu’il y a beaucoup de passage mais je n’ai pas de magasin à proprement parler. Les personnes qui viennent me voir sont quand même heureuses de me voir fabriquer de la bière. « 

IMG_7998

Léa Czns, Alexis Bcr & Déborah Ld

Brasserie Saint Médard, 66 rue Saint Lazare 60200 Compiègne • contact@brasserie-saint-medard.fr

Retour au Moyen-Âge, le temps d’un week-end, à Compiègne

Comme chaque année, la Ville de Compiègne a célébré Jeanne d’Arc, le temps d’un week-end. De la paille, des spécialités dans les assiettes, de la musique d’époque. Artisans, commerçants, producteurs, mais aussi simples visiteurs ont revêtu les costumes, au pied de la Tour Jeanne-d’Arc.

IMG_8320

IMG_8319

À droite des tours, au même emplacement depuis cinq ans, Got Ira vend toutes sortes de bijoux. En bois, en pierre, en perles. Il y en a pour tous les goûts, et il est difficile de ne pas craquer. Les passants sont nombreux autour de son stand. « Il y a beaucoup de monde tous les ans, à condition qu’il ne pleuve pas ! Je viens de Paris, j’expose d’avril à octobre sur d’autres marchés médiévaux. »

IMG_7894

IMG_8314

Got Ira n’est pas la seule à connaître l’ambiance médiévale. Jean-Luc Hélaine vend ses pièces uniquement sur les marchés médiévaux et les marchés de Noël. Il était à Orléans le week-end dernier. « Je suis en plein dans les fêtes Jeanne d’Arc ! Celle-ci est assez reposante au niveau organisation, du montage et du déballage. C’est une jolie petite fête, j’y viens depuis cinq-six ans. » 

IMG_8323

L’artisan en fonderie, qui vient de la Manche, fabrique des pièces en métal, à partir d’un moulage au sable. « Il y a des petites pièces, mais aussi des grandes, jusqu’à 4 mètres de haut ! J’ai vendu plein de plaques Picardie, elles prennent de la valeur maintenant que la région a changé de nom. » Jean-Luc Hélaine réalise aussi des commandes spéciales.

IMG_7895

IMG_7896

IMG_8316

Un peu plus loin, François Delahaye, un ancien reporter photo tient un stand de poterie et bijoux. Des petits elfes, des animaux, mais aussi des colliers, bagues, boucles d’oreilles et bracelets se bousculent sur sa charrette. « Je viens depuis sept ans. Ma femme est artisan, moi commerçant. Notre atelier est à Poix-de-Picardie. C’est une belle fête. Il fait beau. L’an dernier, à cette heure, tout le monde avait déjà remballé. On nous a demandé si on était d’accord pour que la fête dure trois jours l’an prochain, j’ai dit oui », raconte-t-il en conseillant un petit garçon sur une taille de bague. Le Picard vend uniquement sur les marchés médiévaux. « On préfère la rue.

IMG_8340

Une soixantaine d’exposants, producteurs et artisans étaient sur place, en costume d’époque.

IMG_8350

IMG_7893

IMG_7897

IMG_7915

IMG_7932

IMG_7913

IMG_7912

La procession, avec Jeanne d’Arc sur son cheval, interprétée par Adèle Armstrong. 

IMG_7901

IMG_7902

IMG_7903

IMG_7905

IMG_7906

IMG_7908

IMG_7910

IMG_7918

IMG_7919

IMG_7920

IMG_7921

IMG_7922

IMG_7925

IMG_7926

IMG_8324

IMG_8329

IMG_8330

IMG_8331

IMG_8332

IMG_8335

IMG_8337

IMG_8338

IMG_8345

IMG_8347

IMG_8349

 

IMG_8353

IMG_8354

De nombreux ateliers étaient prévus pour les enfants.

IMG_7929

IMG_7928

IMG_7927

IMG_7930

IMG_7931

Léa Czns & Alexis Bcr

12000 m² d’exposition et de nombreuses animations à EXPO 60 ce week-end

Dès demain et jusqu’au 22 mai se tiendra EXPO 60, la Foire Exposition Départementale de l’Oise, à l’Elispace de Beauvais.

A3-EXPO60-2017-50.jpg

De nombreuses animations sont prévues lors de cette nouvelle édition d’EXPO 60, consultables dans le programme mis en ligne sur le site officiel d’EXPO 60. En effet, Affipub propose cette année lors de sa foire annuelle des baptêmes en tracteur, des promenades en poney, des démonstrations équestres, des tours en Ferrari et en Porsche, des animations de danse, un rallye touristique avec des véhicules de collection, mais aussi… des concerts et l’élection de Miss EXPO 60 ! Un programme varié, avec L’Armée comme invitée d’honneur qui proposera également un parcours du combattant de 40 m de long.

Depuis le début des années 50, les visiteurs découvrent lors de cette manifestation un nombre toujours plus important d’exposants proposant des produits divers en un seul et même endroit. Organisée en villages et espaces, la Foire Départementale proposera cette année :

  • le Village Autos et Loisirs
  • L’Espace Gastronomie et Vins
  • L’Espace Maison et Habitat
  • Le Village des Sports
  • Le Village de l’Agriculture et de la Ruralité

Différents food trucks proposeront des points de restauration. La Gastronomie Française sera par ailleurs mise à l’honneur avec de nombreux fromages, vins, champagnes et produits du terroirs à déguster.

Les quatre jours d’EXPO 60 garantissent cette année une fois encore une visite riche en découvertes.

Déborah Lecomte–Desprez

Entrée 3 € (gratuit pour les moins de 12 ans) Entrée gratuite le Vendredi 19 après midi et le lundi 22
Horaires: Vendredi 19 mai 2017 de 14h00 à 21h00 (soirée inaugurale) • Samedi 20 mai 2017 de 10h00 à 19h30 • Dimanche 21 mai 2017 de 10h00 à 19h30 • Lundi 22 mai  2017 de 10h00 à 18h00

Claire et Julien Guéry, seuls coiffeurs de France à travailler chez eux

Habitués des salons de coiffure ou de la coiffure à domicile ? Une nouvelle possibilité s’offre désormais à vous : la coiffure chez l’habitant. La Maison Française de la Coiffure, à Lacroix-Saint-Ouen, a décidé de bousculer les mœurs dans un nouveau concept.

Claire et Julien Guéry ont choisi de coiffer les clients chez eux, dans la véranda de leur maison, à Lacroix-Saint-Ouen, près de Compiègne, dans l’Oise. Un concept qui a tellement de succès, que leur agenda se remplit très vite : les deux coiffeurs ne peuvent plus accepter de nouveaux clients. Et pour les habitués, mieux vaut que le rendez-vous soit pris deux semaines à l’avance.

Tout ça, sans aucune publicité : « Les gens nous ont connu grâce au bouche à oreilles et à nos cartes de visite. Le gros avantage de travailler chez vous, c’est que vous économisez beaucoup de charges. On travaille dans un système complètement différent. » Et les prix sont du coup très bas. 

Le jour J, on sonne au domicile de notre coiffeur, avenue des Bruyères. « La grosse nouveauté, c’est qu’on n’est pas dans un cadre commercial : c’est une maison, il n’y a pas de vitrine, pas d’enseigne, on n’est pas dans une rue commerçante, pas dans le centre-ville. »

Julien ouvre la porte d’entrée, nous salue et nous emmène dans la véranda, où il a installé son matériel. « On avait cette maison depuis très longtemps dans la famille puisque c’est la maison de mes arrière-grands-parents. On l’a rachetée, et on a cherché du travail chez les coiffeurs du coin. On s’est heurtés au marché de la coiffure, aujourd’hui, un coiffeur sur deux n’embauche personne. On a commencé à coiffer la famille et les amis dans la véranda. De bouche à oreilles ça s’est transformé en activité à plein temps. » 

Se faire une beauté face aux palmiers, en Picardie

C’est face à son jardin que Julien, et sa femme Claire, coiffent. Les clients ont vue sur les palmiers, tulipes et lilas. Pas de bruit de galerie marchande, de sèche-cheveux à gogo ou autres désagréments que l’on pourrait entendre dans une grande surface ou en plein centre-ville. Juste le chant des oiseaux et le rayon de soleil qui égaye cette journée. « Le concept allie la coiffure à la décoration d’intérieur et à l’environnement. C’est un avantage. Ça peut être un esprit montagne, bord de mer… On propose plusieurs thèmes de décoration, des architectes d’intérieur nous conseillent. » 

C’est suite à une envie de changement que Julien a choisi, il y a quatre ans, de lancer ce nouveau concept. C’était pour lui et sa femme, l’opportunité d’allier plaisir, bien-être et réduction des coûts (pour eux mais aussi pour leurs clients). 

« Aujourd’hui, on refuse des clients et on recherche des coiffeurs pour nous aider à coiffer tous les clients »

Victimes de leur succès, Claire et Julien Guéry sont actuellement à la recherche de professionnels partageant les mêmes idées qu’eux pour les former et développer leur concept. « Ça marche très très bien. Aujourd’hui, on refuse des clients et on recherche des coiffeurs pour nous aider à coiffer tous les clients. » Le nom « Maison Française de la coiffure » et le concept ont été déposés. « On propose aux coiffeurs de les accompagner. Il s’agit d’un espace aménagé à leur domicile. En général, certains aménagent un garage, une vieille grange, ce qui est considéré quand même par la loi comme un local commercial puisqu’indépendant de l’habitation.« 

Aider les coiffeurs à atteindre leurs objectifs

« On souhaite partager ce concept sous forme de partenariat : il y a des questions juridiques, techniques et on a mis au point aussi des systèmes commerciaux qui font qu’en trois à six mois en fonction des objectifs du coiffeur, on peut les aider à les atteindre. C’est ce qui s’est passé pour nous. On a investi un petit peu au départ. On a dû faire face à des problèmes juridiques, techniques, commerciaux qu’on a pu résoudre. Aujourd’hui, notre système marche. On souhaite accompagner les coiffeurs dans leur démarche. » 

En une semaine, six coiffeurs ont déjà contacté Julien Guéry, qui a lancé sa campagne de recherche sur Facebook et Instagram. Il souhaite former son équipe. « J’ai ciblé sur 20 km autour de Compiègne, mon objectif est d’abord de développer le concept sur la région. L’idéal serait quelqu’un à Lacroix-Saint-Ouen, pour que je puisse lui envoyer sa clientèle. » 

Léa Czns & Alexis.Bcr


Maison Française de la Coiffure, 4 avenue des Bruyères à Lacroix-Saint-Ouen. Plus d’infos sur  www.maisonfrancaisedelacoiffure.com

Le soin au masculin

À deux pas du Cirque d’Amiens, Cédric vous accueille dans son institut Bien-être au Masculin. Parce qu’il n’y a pas que les femmes qui ont le droit de prendre soin d’elles, cet institut s’occupe en priorité du corps et du bien-être des hommes.

IMG_7426

Titulaire d’un CAP esthétique, auto-entrepreneur en tant que praticien masseur (Californien et Suédois) depuis plus de quatre ans et expert dans le parfum, Cédric a décidé de répondre à la demande croissante de la clientèle en ouvrant son propre institut fin mars 2017.
Travaillant auparavant dans divers instituts de beauté, il s’est en effet aperçu que le nombre d’hommes venant réaliser des soins augmente sans cesse. Dans toute la Picardie, aucun institut spécialisé pour hommes n’existe. Rassurez-vous, Cédric n’exclut cependant pas d’accueillir les femmes.

Pas vraiment habitué à ce genre de lieu et plutôt pudique, le franchissement de la porte se fait avec une légère appréhension. Mais celle-ci va très vite être dissipée car le jeune chef d’entreprise sait mettre à l’aise ses clients.
Installé sur la table, accompagné d’une musique douce et zen, nous débutons avec un soin visage « Coup d’éclat » d’environ une demi-heure. Durant ce soin, Cédric applique divers produits avec une grande délicatesse. Il nous conseille vivement de fermer les yeux pour mieux apprécier et se relaxer. Les trente minutes passent tellement vite lorsqu’on applique ses conseils ! 
S’ensuit alors un massage californien du dos, exécuté d’une main de maître. Dans la même atmosphère musicale que pour le soin visage, ce massage relaxant détend, et le temps file (trop) rapidement.

institut.jpg

Cédric ne propose pas seulement des soins et des massages. Il réalise également des maquillages pour ceux qui le souhaitent, notamment pour des shooting photo, et aussi des épilations. Vous pouvez bénéficier des diverses offres disponibles actuellement :

  • La carte VIP permettant de bénéficier de 10% de remise sur les épilations et maquillages et 15% sur les soins visage, corps et modelages : 15/an
  • Offre massage sportif d’1h15 à 50€ au lieu de 60€ tous les lundis
  • Un soin du visage « Nouvelle peau » à -45% disponible sur le webstore d’Amiens.

Alexis Bcr

56 boulevard Pasteur à Amiens, ouvert tous les jours sauf le lundi matin et le dimanche, avec ou sans rendez-vous. Renseignements : www.bien-etre-au-masculin.fr09 52 53 58 36 ou aumasculin.80000@gmail.com