Top 5 de nos articles sur les restaurants à découvrir en Picardie

Depuis octobre 2016, nous vous avons parlé de nombreux endroits où se restaurer en Picardie qu’on a testé et qu’on adore. Retour sur les cinq articles que vous avez le plus apprécié sur ce sujet.

1 – 10 bonnes raisons d’aller à Miams, et d’y retourner

Miam’s, c’est notre salon de thé coup de cœur à Amiens. Ce salon de thé propose également des menus faits maison le midi, qu’on vous recommande vivement !

2 – 7 endroits pour manger un burger à Compiègne

Il semblerait que vous aussi vous adorez les burgers, car vous avez été nombreux à aimer cet article où on vous a sélectionné sept super endroits où manger des burgers sur Compiègne !

3 – Garrett Meals, un p’tit air d’Amérique à Compiègne

Un des premiers restaurants que nous avons testé pour On teste pour vous en Picardie, avec un décor typique américain qui nous a marqué.

4 – Top 5 des restaurants chinois à Saint-Quentin

Un article pour les amoureux de la cuisine asiatique, avec cinq très bons restaurants chinois sur Saint-Quentin.

5 – L’Annexe, un restaurant original au cœur de Saint-Quentin

Notre restaurant coup de cœur à Saint-Quentin. Dans cet article nous vous présentons son histoire mais aussi les délicieux plats que nous avons pu y déguster lors de notre passage !

Laureline & Déborah

Le rêve d’une brasserie artisanale et solidaire devenu réalité

Chaleureuse et solidaire, la brasserie Saint Médard à Compiègne est une brasserie artisanale unique en son genre. Née d’une idée qu’a eu son fondateur en 2015, avant de se lancer officiellement en 2016 avec un premier brassage en novembre, cette brasserie respecte un enjeu local, social, et environnemental important. Rencontre avec Philippe Gagniard, brasseur de 15 ans d’expérience qui a choisi de tout quitter pour réaliser son rêve. 

IMG_7995

Philippe Gagniard est un brasseur passionné : « La bière, c’est le produit qui m’a le plus intéressé quand je travaillais dans l’industrie. C’est un produit génial autour duquel on peut se retrouver à la fin de la journée. Elle a cet élément : la convivialité. » Après 15 années de métier dans l’industrie, il a été interpellé par la COP 21 de Paris en 2015 et le message du Pape François: « Il faut s’occuper de la planète. » Conscient que les brasseries locales n’étaient pas compétitives par rapport aux usines avec l’essor du verre à usage unique, il a décidé de se lancer dans un projet original : mettre son savoir-faire au service d’une brasserie artisanale qui produit et distribue des bières en bouteilles consignées. Cet enjeu environnemental lui permet de réduire son coût en verre, mais surtout de limiter le gaspillage et l’impact sur l’environnement, puisque chaque bouteille distribuée et consommée est ensuite récupérée et réutilisée.

IMG_7948

IMG_7980

IMG_7952

Après nous avoir accueillis dans la salle où il entrepose son stock de produits finis, Philippe Gagniard nous confie qu’il travaille dans la brasserie avec Fadi Saoud, un réfugié Syrien de 35 ans qu’il a rencontré par l’intermédiaire d’amis, qui livre les bières et qui l’aide à brasser : « Pour moi, il était important de créer une activité avec un sens social. Pour avoir vécu longtemps dans l’industrie, je me rends compte que trop de gens sont laissés de côté … De plus en plus de personnes sont hors circuit. Il y a un réel besoin de solidarité et de création d’emplois pour ces personnes ». Les caisses en bois dans lesquelles sont livrées les bouteilles sont par ailleurs fabriquées par des travailleurs handicapés (L’ESAT Edmond Dufour à Chauny). Soucieux de l’insertion sociale, que ce soit pour les jeunes, pour les réfugiés, pour les accidentés du travail ou pour le monde du handicap, ce brasseur tient à ce que son activité soit solidaire : « Mon rêve c’est qu’un de mes employés livre un jour une bière et puisse dire au client « C’est moi qui l’ai faite ». »

IMG_7953

IMG_7954

IMG_7956

La brasserie Saint Médard propose quatre types de bières : une brune, une ambrée, une blonde et une blonde pur malt. Pour la blonde, le brasseur utilise plusieurs malts et du houblon alsacien. Ce qui est important c’est que la bière ait du corps et un certain degré d’amertume: « Pour moi, la qualité, c’est fondamental… Tout autant que la solidarité et le respect de l’environnement. »

IMG_7978

IMG_7979

Le logo de la brasserie est Saint Médard, le premier évêque de Noyon. Le créateur de la brasserie l’a choisi car c’est un saint local, patron des brasseurs, qui est connu pour ses attentions en faveur des plus démunis et pour sa générosité.

 

IMG_7990

Lors de la dégustation, Philippe Gagniard déclare : « Le brasseur, son premier boulot, c’est de faire une belle mousse. On dit que la bière on la déguste à tous les sens, en majeure partie grâce à sa mousse. Lorsqu’on sert une bière, à l’oreille, on a déjà une première idée de la qualité. Puis, avec nos yeux, on observe sa couleur, sa mousse.. Mousse qu’on déguste ensuite, où on apprécie son volume et sa texture. »

IMG_7992

IMG_7994

La dégustation est bluffante. « Le gros frein de la bière c’est l’amertume. C’est une chose de faire une bonne bière, mais il faut que la bière plaise…. » et c’est chose faite, avec déjà 1000 litres vendus en seulement deux mois! Avec la politique et la qualité de ses produits, la brasserie Saint-Médard ne peine pas à trouver des clients et à les fidéliser : « Avec le format 75cl, je fais une prime à la convivialité. Comme c’est un format qui est à partager, j’ai choisi de faire un prix plus bas pour celui-ci. » Même si la vente s’effectue principalement en ligne par packs de 12 bouteilles de 33cl (ou de six bouteilles de 75cl) et qu’il est difficile sur le site de pouvoir faire des panachés, la brasserie propose malgré tout des coffrets dont un coffret découverte à 19,90€ qui permet d’éviter de prendre un pack de 12 bouteilles similaires directement. Les livraisons se font à domicile sur l’agglomération de Compiègne, sur créneaux horaires, et sont gratuites.

IMG_8000

Par ailleurs, certains cavistes tels que Bières et compagnie à Compiègne dans la ZAC de Mercières proposent également l’achat de ces bières, la brasserie ne possédant pas de magasin sur place :  « Je cherchais un local autour de Compiègne et j’ai été heureux de trouver dans la rue Saint Lazare. Il faut être près d’une ligne de bus pour que les clients puissent profiter des transports gratuits ! Le fait d’être en centre-ville fait qu’il y a beaucoup de passage mais je n’ai pas de magasin à proprement parler. Les personnes qui viennent me voir sont quand même heureuses de me voir fabriquer de la bière. « 

IMG_7998

Léa Czns, Alexis Bcr & Déborah Ld

Brasserie Saint Médard, 66 rue Saint Lazare 60200 Compiègne • contact@brasserie-saint-medard.fr

La Grange, sa scène libre, ses planches de charcuterie et ses verres de vin

La Grange, à Compiègne, est l’un de nos endroits préférés pour nous retrouver autour d’une planche de charcuterie et d’un verre de vin. [Concours sur notre page Facebook afin de remporter une planche et deux consommations]

« On souhaitait créer un lieu de vie. Le but, c’est de partager. Tout le monde peut se causer. » Mission réussie pour Sébastien, bassiste professionnel associé à Christian depuis deux ans, qui travaille dans l’événementiel. « C’est lui qui a découvert le lieu, il m’a appelé. C’était la première manufacture de Compiègne de pneus. Nous avons fait pas mal de travaux, mais on a voulu laisser la pierre apparente. »

IMG_4977

La Grange est rapidement devenue le QG des Compiégnois. Tout le monde peut se produire sur la scène du bar à vins, et la salle est ouverte à tous : associations, clubs d’entreprises, réunions professionnelles… « On travaille aussi beaucoup avec l’UTC et les étudiants en Erasmus ». La clientèle est âgée de 18 à 65 ans, réunie autour des différents événements proposés.

IMG_4983

« Nous avons beaucoup d’entreprises en début de semaine. Puis les jeudis, c’est scène ouverte pour les Picards, mais aussi pour des groupes et talents d’autres régions« , explique Sébastien.

IMG_4980

De nombreuses soirées à thèmes sont aussi organisées : « sur le thème du Brésil par exemple, avec des plats typiques, des danseuses. On a aussi fait des soirées sur le thème de l’Argentine, de l’Espagne, de la Belgique. » Lorsqu’il fait beau, des barbecues sont improvisés dans la cour, et annoncés sur la page Facebook.

IMG_4979

IMG_4973

On apprécie particulièrement la qualité des produits servis, locaux. « La viande vient d’une ferme de Noyon, le chèvre de Cuise-la-Motte. L’an dernier, la Baie de Somme était à l’honneur dans nos plateaux de charcuterie et fromages. Des fois, on travaille aussi avec des Lyonnais, ils ont du bon saucisson et de la rosette.« 

IMG_4976

La Grange peut accueillir jusqu’à 120 personnes.  25 Rue de la 8éme Division, à Compiègne. Renseignements au 03 44 42 40 12.

Léa Czns

Top 10 des meilleurs endroits pour se retrouver entre jeunes à Compiègne

1 – Le George Café

Le bar où vous êtes sûrs de passer une bonne soirée. Pour un verre en terrasse, près de l’hôtel de ville, accompagné de fromage et de charcuterie. Le George Café propose aussi des burgers, tartines, pizzas et autres plats copieux.

2 – La Grange

Dans une rue perpendiculaire à la rue Solférino, la Grange est l’endroit parfait pour déguster une planche de charcuterie et de fromage avec un verre de vin. En terrasse, ou à l’intérieur, dans une ambiance cosy, avec des concerts.

3 – Le Coq d’Or

Avec sa terrasse près de la bibliothèque Saint-Corneille, vous pouvez y partager un repas ou un simple verre. Avec la Grange et le George Café, il fait partie des incontournables.

4 – Le parc du Château

Au soleil, assis dans l’herbe, face aux Beaux-Monts, avec un petit air de guitare… Que demander de plus ? Les amoureux de botanique adorent s’y retrouver, les photographes s’enchantent des élégants pavillons, mais vous pouvez également emprunter la spectaculaire allée des Beaux-Monts de près de 5 km pour une promenade entre amis.

#compiegne #palaisimperial #iledefrance #paris #france #europe #winter #travel #tourism

A post shared by antipodas (@antipodas) on

5 – Le bord de l’Oise

Regarder les péniches passer, un soir d’été, et au fond le coucher de soleil… Il est très agréable de se promener le long du bord de l’Oise, quelle que soit l’heure de la journée.

Le plus beau coucher de soleil!! C'est l'automne 🌄❤🇫🇷

A post shared by Ana Júlia (@aninhajvm) on

6 – Le Clap Café

Un autre endroit cosy de Compiègne, très sympathique pour y manger ou simplement pour y boire un verre avec ses amis.

7 – Le parc de Bayser

Situé dans le quartier de Royallieu, ce parc parfois méconnu des Compiégnois est un petit coin de paradis. Parfait pour un pique-nique, pour un shooting photo, ou pour une après-midi détente entre amis.

A post shared by @jezdarez on

8 – Le Trendy

On adore leurs mojitos, la déco et la petite terrasse. Situé rue de Soissons, le bar organise souvent des soirées à thème. D’ailleurs, demain soir, c’est soirée girly !

9 – Le parc Songeons

Dans le centre de Compiègne près de la tour Jeanne d’Arc et à deux pas du Musée d’art et d’histoire Antoine Vivenel, ce joli parc arbore toujours quelques arcades du cloître de l’ancien couvent des Jacobins dont les photographes sont friands. On peut y admirer un « jardin des senteurs », profiter d’une magnifique vue sur l’Oise ou tout simplement y pique-niquer.

10 – In Vino – La Cave à Boire

Un bar à vin idéal avec une carte très variée qui conviendra à toutes les bourses. La qualité des produits mais également celle du service y sont exceptionnelles. Convivial et accueillant, il faut prévoir d’arriver tôt pour être sûr d’avoir de la place !

today we went to the country.

A post shared by db sutton & company hair salon (@dbsuttonco) on

Alexis BcrLéa Czns & Déborah Ld

L’Annexe, un restaurant original au cœur de Saint-Quentin

Situé à l’arrière de la villa d’Isle, à Saint-Quentin, l’Annexe fait partie des coups de coeur de l’équipe. Une terrasse sympathique à l’abri des regards indiscrets, une petite salle à la décoration atypique et une ambiance conviviale font son succès. 

DSC_0856.JPG

DSC_0857.JPG

Installé au cœur d’une bâtisse de plus de 30 ans dont les propriétaires ont voulu « conserver l’histoire », le restaurant en donne autant à voir qu’à déguster. Les clients peuvent même se surprendre à lister tous les éléments qui en font la décoration. Entre chalet de montagne et immeuble industriel, le lieu est un méli-mélo d’objets anciens.

DSC_0852DSC_0853

Autant d’histoire sur les murs que dans la vie de l’Annexe: « On a ouvert en 2010, mais il s’agissait d’un bar de nuit, avec tous les désagréments que cela causait. J’en avais un peu marre… On a donc fermé le bar pour rouvrir en 2013 sous forme de restaurant », confie Laurent Plaquet, le gérant de l’Annexe.

DSC_0848.JPG

Associé avec son frère, qui s’occupe en plus de la villa d’Isle, il propose des plats peu coûteux mais copieux, avec des produits locaux. « On améliore régulièrement la carte. Mais surtout, les recettes sont faites à partir de produits frais et plus de 90 % d’entre eux proviennent du coin. On essaie de faire vivre au maximum les commerces de chez nous. » De quoi rendre encore plus savoureux ces petits trésors gustatifs ! Les pizzas et hamburgers existent en de nombreuses variétés et n’ont pas à rougir face à la concurrence, bien au contraire. Pour notre déjeuner, chacun de nous a testé un plat différent :

Un burger « Ch’Timi » (Maroilles, Steak, Sauce Burger, Cheddar) au format mammouth (deux fois plus de viande et de fromage).

DSC_0847.JPG

Une tartine « Picarde » (Sauce Burger, Steak, Oeuf, Maroilles) : notre coup de cœur !

Une flammekueche « Fromagère » (Crème, Chèvre, Reblochon, Maroilles)

DSC_0846.JPG

• Et une pizza « Texane » (Tomate, Mozzarella, Steak, Oeuf, Cheddar, Oignons)

Autre point positif de l’Annexe : ses dix salariés chaleureux. L’ambiance familiale attire une clientèle homogène. « J’ai des clients de tout âge. Les jeunes viennent plus le vendredi soir, puis prennent les navettes pour aller en boîte. Je fais plus du double de chiffre d’affaire que ce que j’avais prévu. Le week-end d’ailleurs, il vaut mieux réserver si on ne veut pas trop attendre », confie le gérant.  Le restaurant, qui peut accueillir 60 couverts, est donc fort de son succès.

Manon & Déborah Ld

L’Annexe, 68, rue michelet à Saint-Quentin. Ouvert du lundi au samedi de 11h à 14h30 et de 18 à 1 heure. Dernier service à 23 heures.

L’Australian Bar, du shooter piment au chocolat chaud

À Amiens, l’Australian Bar est l’un des incontournables rendez-vous étudiants. Et comme dirait son barman : « Tout ce qui peut se boire est là. » Et vu qu’ils sont tops, toutes les personnes présentant notre article au bar, auront le droit à un shooter gratuit !

« Ça fait 12 ans que le bar existe, et il est toujours géré par les mêmes personnes« , explique Alexis Sinoquet en nous accueillant. Lui, y travaille depuis trois mois. « En semaine, il y a beaucoup d’étudiants. Les vendredis et samedis, c’est le rendez-vous des motards d’Amiens. » Environ une soirée par mois a lieu. « Plus celles organisées par les facs et les BDE.« 

IMG_7223

L’aménagement de l’intérieur du bar à un air d’États-Unis. « On passe du pop-rock. Sylvia Fabress (la gérante) a créé son univers de Floride à Amiens. » Mais alors pourquoi l’Australian ? « Parce qu’on aime les kangourous« . Plus sérieusement, on ne connaîtra pas la réponse.

Le petit truc en plus par rapport aux autres bars ? Les shooters aux piments. Et non, on n’a pas testé. On laisse cet honneur aux costauds habitués. Nous, on préfère boire notre thé aux fruits rouges à 17h, assises dans les fauteuils marron bien rembourrés.

17321472_1420157511391782_1631823786_n

Parce que oui, l’Australian accueille les consommateurs à partir de 14h, et propose donc des boissons chaudes. D’ailleurs, la prochaine fois, on veut gouter celle-là.

L’Australian est le seul bar à bières d’Amiens où il est possible de manger un repas typiquement américain, en livraison au bar, en partenariat avec le Garrett Meal’s. « Ça va de l’assiette apéritif au burger/hot dog et autres. » Ça donne faim.

Quant à Alexis, il est entrain de préparer un cocktail spécial Australian Bar. On a hâte de le gouter.

Léa Czns

Bières de 2,90 à 7,50€. Happy Beer de 18 à 20 heures, Happy shooter de 22 à 01 heure. Retransmission de tous les événements sportifs (foot, hand, tennis, skate, etc).
Prochaines soirées : Jeudi 16 mars : soirée seventies. Ce week-end : soirée Saint-Patrick, avec chapeaux, goodies et t-shirt offerts. Pour les autres soirées à venir, l’Australian communique sur sa page Facebook.
Australian Bar, 17, rue des Sergents, à Amiens, ouvert tous les jours de 14 à 03 heures, sauf le dimanche.

Ces 10 choses qui vous manquent quand vous êtes loin de la Picardie

Etant exilé durant quelques mois pour mes études à Nice, loin de ma Picardie natale et chérie, elle me manque ! J’ai décidé de partager avec vous les 10 choses qui me manquent le plus.

          1. Ma famille et mes amis

Eh oui, bien entendu, ma famille restée en Picardie est la chose qui me manque le plus… Quant à mes amis, ils font, eux aussi, partie intégrante de ma vie. Les avoir loin de moi est difficile.

          2. La forêt

Natif de Saint-Sauveur, situé dans la forêt de Compiègne, je suis habitué à avoir une vue imprenable sur cette majestueuse forêt.

foret.jpg

          3. L’accent Picard

Ahhh ! Cet accent si beau et si particulier. Ces « Heiiiiiin ?! » ou encore ces « tcho père ».

bienvenue-chez-les-ch-tis-c-est-le-nord.75610.gif

          4. La pluie

Oui oui, vous aviez bien lu, la pluie ! Depuis que je suis petit, je suis habitué à vivre avec ce temps que tous les étrangers à notre région appellent maussade. Maintenant, cette pluie régulière a disparue de ma vie. C’est triste…

pluie.gif

          5. L’architecture

L’art Gothique de notre patrimoine, ou même l’architecture de nos maisons. Tout est bien différent sur la côte d’Azur.
Et notre Château de Compiègne, et la Tour Perret, et le Château de Chantilly… Que notre patrimoine est sublime !

          6. La chaleur humaine

Les Picards sont si vrais et francs.

          7. Le « pain au chocolat »

Où va-t-on ? Je n’entends plus que chocolatine…

          8. Le Soprano et le Baobar

Un bon petit resto italien à Compiègne où l’on déguste de succulents plats de pâtes et le bar de mes premières années d’études à Amiens.

capture-decran-2017-03-01-a-23-43-39

          9. Le Courrier picard

Et ses articles affriolants sur la vie régionale. Franchement, le Courrier picard est cent fois mieux que Nice Matin !

img_6056

          10. L’UPJV

Trois années passées dans cette université, au Campus. Des souvenirs plein la tête. Le Restau U, la Bibliothèque U, la rue des Trois-Cailloux, le quartier Saint-Leu et ses soirées étudiantes le jeudi soir.

Entre le soleil de la côte d’Azur et la beauté de la Picardie, mon choix est vite fait. De loin, je préfère ma région natale et ses champs de betteraves.

Alexis.Bcr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le George Café, the place to be, à Compiègne

Tout le monde connaît le George Café à Compiègne. D’ailleurs, personne ne pose jamais la question quand on sort, c’est toujours là-bas qu’on se retrouve.

Le George Café, seul endroit à Compiègne où l’on peut manger le midi en famille, partager une planche de charcuterie et des bières entre potes à 19h avant un repas bien copieux et boire un mojito en terrasse à 23h en été. Et il y’en a des souvenirs là-bas. Des retrouvailles, un verre pour fêter un CDD, un premier rencard, des soirées confidences, des rencontres, des midis entre collègues. Le George Café, on aime, on y va, on y retourne encore et on n’est jamais déçus.

Cette fois-ci, on y est allés à quatre. Une dernière soirée avant le départ au Canada d’un ami d’enfance. On a décidé de se faire plaisir. Comme d’habitude, on s’est installés sur une table haute au fond du restaurant. Et pour la première fois, on a goûté la planche mixte, charcuterie et fromages. Avec deux bières, et deux Monaco. Il y avait deux morceaux de fromage (très, très bons, on en aurait bien voulu plus…), du saucisson, du saucisson frais, du jambon de pays, de la salade et des cornichons. Je le redis : il manquait un peu de fromage. Et un peu de pain.

Pour la suite, j’ai fait simple : un croque madame. Il était joliment présenté, avec frites et salade, et surtout il était très bon. Mes amis on pris une flammekueche, un welsh, et une tartine norvégienne. Ils ont tous adoré et toutes les assiettes ont été terminées.

Comme c’était un peu copieux, on s’est arrêtés là, même si on avait très envie de tester les profiteroles.

• Les plus

Le cadre, l’ambiance, les serveurs toujours sympas, les plats toujours bons, les cocktails, les prix.

• Les moins

Le service parfois un peu long, les Mojitos qui n’ont pas assez de bulles


15151098_10207744227424304_1748099930_n15151535_10207744229144347_1656089461_n15086288_10207744223424204_403024074_n15086286_10207744230744387_970980471_n


• Nos notes

Le plateau mixte : ◼◼◼◻◻
Le croque madame : ◼◼◼◼◻
La flammekueche : ◼◼◼◼◻
Le welsh : ◼◼◼◼◻
La tartine norvégienne : ◼◼◼◼◻
La bière : ◼◼◼◼◼

Leaczns