Une passion commune : le cinéma 

Acteurs, producteurs, techniciens… Et surtout empreint à une bonne humeur et au partage, ces vidéastes amateurs originaire de l’Aisne mettent en avant leur région sur YouTube.

studio harly
Caméras et scénarios en main, ces axonais de tout âge et de tous horizons se rejoignent régulièrement pour tourner de courtes vidéos. « Je suis passionné de cinéma depuis tout petit. Un noël, j’ai demandé tout naturellement une caméra. Et quelques temps après, j’ai découvert les méthodes de tournage, notamment sur fond verre, de la guerre des mondes sur YouTube », confie Benjamin Poitte. Depuis cinq ans, le Studio Harly réalise des courts métrages sur sa chaîne YouTube.

studio harly 2

Avec ses acolytes , Benjamin Poitte privilégie la cohésion et la polyvalence : « Il y a les acteurs, mais beaucoup font également techniciens. Pour le midi, on s’arrange. Tout le monde ramène un petit quelque chose et on mange tous ensemble. »

Tournant dans les environs de Saint-Quentin, la petite troupe s’apprête à sortir le deuxième volet de Roudeur Chasse, un court métrage qui sort demain sur la chaîne YouTube de la troupe.

Manon Capelle

Oppression 2 : la sortie c’est aujourd’hui

La petite troupe de cinéastes amateurs de Saint-Quentin revient pour le deuxième volet d’Oppression. Cette suite met en scène de nouveaux acteurs et dévoile un scénario autour des origines du mal. Rencontre avec Lilian Flamant, 17 ans, à l’origine de la page Millénium Production. 

oppression 2 1

Peux-tu nous en dire un plus sur le tournage de ce deuxième épisode ?

Le tournage a débuté le 14 avril à Beaurevoir/Harly et a duré 1 mois. On a eu de nouvelles têtes qui ont rejoint le groupe pour la suite de l’histoire. Notamment, Joachim Willocquet, Alexandra Legrand et Florent Legrand. Dans ce court-métrage, le but est vraiment d’éclairer certains points laissés obscurs à la fin du premier volet. Je pense que les gens qui nous suivent ont hâte de voir cette suite, on a eu beaucoup de retours positifs après le premier opus.

Des secrets du tournage ?

Dans l’ensemble il s’est vraiment bien déroulé. Vers la fin, il y a eu un différent artistique avec Fabienne au sujet de scènes additionnelles. Un moment fort du tournage s’est passé à Beaurevoir, quand Freddy et Marina ont commencé leurs scènes. J’ai tout de suite su que ça allait être compliqué : les fous rires sont toujours difficilement contrôlables !

Peut-on attendre un Oppression 3 ?

Je ne pense pas qu’il y aura de troisième volet pour Oppression, pour moi l’histoire est achevée. Peut être que plus tard le court métrage deviendra une série voire un long métrage.

Y-a-t’il d’autres projets à venir ?

Avec Freddy, on prépare plusieurs choses. On veut essayer d’innover pour pouvoir apporter des choses inédites. Actuellement nous sommes en pleine discussion et il y aura une annonce sur la prochain projet vers juillet-août. Nous voyons également pour développer l’association et créer une page sur un site de financement participatif (chaque personne faisant un don et étant récompensée). J’ai reçu un courrier d’encouragement de la mairesse, Frédéric Macarez, le 22 mai dernier, j’étais fier de nous et de notre travail.

Manon Capelle

À la découverte du trafic des Narco Production

Narco Production est une association de jeunes cinéphiles compiégnois regroupés pour proposer des projets originaux.

À l’origine de cette aventure collective, deux anciens étudiants de la ville de Compiègne. Quentin Hebert et Pierre Hertout sont amis, l’un réalisateur amateur, l’autre passionné du jeu d’acteur. Ils ont décidé de partager leur goût pour l’humour et le cinéma. « Nous avons projeté notre premier court-métrage à la bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne l’été 2015, Pierre tenait le rôle principal », se souvient le réalisateur avec une pointe de nostalgie.

Narco

L’association, dont l’origine du nom est tenue secrète par les deux amis, s’est depuis agrandie. Elle compte un nouveau réalisateur cadreur amateur Chakib Toumi, et fait intervenir régulièrement des comédiens débutants ou semi-professionnels dans leurs vidéos, disponibles sur leur chaîne YouTube. « Il est important pour nous d’avoir un retour sur ce qu’on propose à notre public, savoir ce qui plaît mais aussi ce qui ne plaît pas pour nous améliorer », souligne un membre de l’équipe.

Le 29 mars dernier, l’équipe de youtubeurs a annoncé la sortie d’un nouveau court-métrage intitulé Ranulac. Un projet d’ampleur que l’équipe préparait depuis des mois. Affiches, bande-annonce et making-of se sont succédé. Mais le jour J, un problème technique empêche la publication de la vidéo, reportée au 1er avril. Le court-métrage est enfin publié alors que les abonnés trépignent d’impatience. La Narco Production vient alors de prendre dans ses filets un gros poisson d’avril ! Le court-métrage annoncé depuis plusieurs mois est en réalité un canular, anagramme du titre de Ranulac. « Le coup fourré a parfaitement fonctionné, confie Quentin Hebert à l’origine de l’idée, même notre entourage n’était pas au courant de la supercherie. »

Au-delà de cette vaste opération de communication à laquelle s’est livrée l’équipe, Narco Production invite à réfléchir sur le pouvoir de l’information. « Nous avons eu 150 abonnés supplémentaires en une semaine seulement », s’étonne le réalisateur. En l’occurrence, c’est ici le pouvoir de la fausse information, aucun véritable court-métrage n’a été publié et pourtant la communication sur les réseaux sociaux s’est révélée terriblement efficace.

ranulac.jpg

« Même si plusieurs personnes de notre entourage ont été déçues de ne pas voir un vrai court-métrage, il ne faut pas s’inquiéter, poursuit-il, nous sommes très actifs un peu partout. » En effet, on peut retrouver la Narco Production sur plusieurs projets, des aftermovies, vidéos de présentation des participantes de Mademoiselle France (le comité de 16 – 19 ans de Miss France) ou encore dans des festivals de court-métrage amateur comme celui de Lille Oh My Ciné Fest.

Rendez-vous sur leur chaîne pour découvrir un de leur nouveau concept musical RUSH : 5 heures pour  écrire, enregistrer, mixer, réaliser et monter un clip rap.

Benjamin Godart

Page facebook et YouTube : NARCO Production

Des films Saint-Quentinois pour le plaisir

Lilian Flamant est un jeune Saint-Quentinois, passionné de cinéma et à l’initiative d’un club de vidéastes amateurs. Tournant dans sa ville natale, et ses environs, il a également réalisé des clips du chanteur Dam (artiste Saint-Quentinois) et des reportages pour Ma Télé (chaîne locale).

14580448_1412299505466422_1372583792_n

Cliché du tournage Walking Dead: Apocalypse dont la première saison est déjà en ligne

Après un petit café bien sympathique où le moment est à la détente, le petit groupe d’acteurs amateurs reprend son sérieux afin de tourner les scènes de leur prochain film : Oppression. Dans ce nouveau long métrage, la fine équipe met en scène une maison dans laquelle la mort semble avoir trouvé sa place. Un film d’horreur pour commencer cette nouvelle année pleine de projets sur les chapeaux de roues. Lutèce, qui joue le rôle de la petite fille meurtrière, débute cette journée de tournage. Les prises s’enchaînent pendant que d’autres s’occupent du son, de la lumière ou révisent leur texte avant de se lancer eux-mêmes dans leur personnage.

DSC05100.JPG

Projecteurs, caméras et sessions maquillage pour faire comme les pros. Chez un habitant d’Harly (petite ville à côté de Saint-Quentin), Lilian Flamant et son co-équipier Benjamin donnent le temps de l’aventure. Une expérience humaine et enrichissante à laquelle j’ai pu participer. Dans cette petite troupe, chacun peut donner son avis pour améliorer le scénario. L’ensemble du groupe met la main à la patte et le cœur à l’ouvrage. Fabienne aide au maquillage, pour rendre les blessures le plus vrai possible et donne quelques conseils pour la mise en scène. Tout le monde s’occupe de tout le monde, et c’est ça qui rend les choses plus belles encore. Cet aspect collaboratif a donné lieu à un changement de nom de leur page YouTube, passant de Flamant Production à Millenium Production : « Le titre a été changé pour montrer qu’on est une véritable équipe. » Le long métrage Saint-Quentinois devrait sortir courant du mois de mars, après que Lilian ait travaillé le montage. Le teaser est dores et déjà disponible :

Manon  Capelle