Il avait enflammé le NRJ Music Tour de Compiègne, on l’a retrouvé !

Au NRJ Music Tour de Compiègne, le jeune Antoine Lenoir s’était fait remarquer avec sa belle reprise a capella de Tous les mêmes de Stromae. Impressionnés par son charisme et sa voix, nous avons depuis tout fait pour le retrouver afin de connaître son parcours, ses impressions par rapport au NRJ Music Tour et ses projets d’avenir.

Antoine Lenoir a commencé à chanter lorsqu’il avait 6 ans. Même s’il joue occasionnellement du piano et fait de la guitare, sa réelle passion reste le chant. Originaire de la Somme, il a déjà un beau parcours du haut de ses 14 ans. Après avoir commencé à chanter au centre (il n’a jamais pris de cours de chant, ni étudié dans une école de musique), ce dernier a été amené à donner plusieurs concerts, que ce soit dans le Nord-Pas-de-Calais, pour des fêtes de la musique dans la Somme, ou encore à l’hôpital d’Amiens pour les non-voyants.

Ancien habitué de radio Puisalène, où il a pu participer à « Boulevard des talents » et être interviewé plusieurs fois, Antoine Lenoir n’a pas hésité à participer  à des concours de chant tels que le Vocal Tour, les pré castings de The Voice ou le concours « Y’a de la voix ». Si les pré castings de The Voice furent sans succès, cela n’a pas été le cas pour le concours « Y’a de la voix » qu’il a gagné. Il donnera pour l’occasion un concert à Fresnes-sur-Escaut le 15 août prochain à 20h30, en tant que première partie de Worlds Apart et Jessy Matador.

Ses impressions par rapport à sa prestation au NRJ Music Tour ? Antoine sourit.  « J’ai pas forcément eu le temps de stresser. Quand j’ai vu qu’on m’avait sélectionné, j’ai enlevé mon manteau et j’y suis allé… Tout s’est passé très vite« . Le jeune artiste a toujours un peu de contact avec NRJ mais pas directement avec Guillaume Pley : « Je suis déjà super heureux d’avoir pu me faire remarquer ce soir-là ! Sur ma chaîne YouTube, j’avais zéro abonné… Maintenant j’en ai plus de 500 et je suis passé de 200 vues sur mes vidéos à 2500 vues ! Pareil sur Facebook, j’ai gagné environ 200 j’aime,  puis environ 300 abonnés sur Instagram.« 

Le succès d’Antoine ne s’arrête pas là : « Lors de soirées karaoké, je marque les esprits. Au collège, toutes les surveillantes m’ont félicitées pour mon passage au NRJ Music Tour. J’adore chanter « Tous les mêmes », je pense que le public l’a ressenti. J’ai reçu beaucoup de compliments, mais j’ai aussi attiré beaucoup de jalousies.« 

Antoine reste très positif : « J’aimerais bien que le chant soit mon métier, mais c’est difficile. J’ai sorti un single il y a un an, et j’en suis très fier. On y trouve deux chansons : « Tout est possible », écrite et composée par Sébastien Gérard, et « Mes nuits blanches ». Mon projet, ce serait de faire un album… » Conscient des réalités, il nous confie que dans tous les cas, ses études passeront avant : « Je me dirige vers l’hôtellerie, c’est vraiment un domaine dans lequel j’aimerais travailler. C’est difficile de percer dans le milieu de la chanson donc je préfère garder les pieds sur terre.« 

Quand on lui demande s’il a d’autres passions, il s’amuse : « Oh oui! Dormir et Céline Dion (rires). J’aime cuisiner,  je suis fan de catch… Je collectionne les Vans aussi ! »  Adolescent plein de vie, il nous fait découvrir son univers une fois passés la porte de sa chambre, puis nous tend des photos : « Ici vous pouvez voir les membres d’une association dont je fais partie à Ham, Les Étoiles de demain. Une passion qui me tient à cœur… On s’entraîne à peu près tous les week-ends, et on est très soudés.« 

Cette association organise une comédie musicale Robin des Bois le 27 janvier à Péronne. Elle comporte quatre chanteurs, dont Sébastien Gérard, auteur et compositeur des chansons d’Antoine qui fera avec lui la première partie de Worlds Apart et de Jessy Matador mardi prochain  ainsi que quatre jeunes danseurs.

Léa Czns & Déborah Ld

Antoine Lenoir chantera toute l’après-midi à partir de 14 heures à la brocante de Fresnoy-les-Roye le 27 août. Il chantera également le 24 septembre au parc d’Isle de Saint-Quentin, son endroit préféré en Picardie, pour la Journée pour la Mucovicidose. Le 2 janvier, sera au Casino d’Arras pour Y’a d’la voix.
Son premier disque est toujours en vente, à 5€, sur sa page Facebook. Et pour plus de chansons, direction Youtube.

Top 5 des articles les plus lus sur notre site

Créé en octobre 2016, notre site internet dépasse aujourd’hui les 35 000 vues. Des statistiques en hausse grâce à vous ! Retour sur les cinq articles que vous avez le plus apprécié.

1 – 15 petits coins de Paradis dans l’Oise

Un top réunissant nos endroits coups de cœur dans le département. Le village de Gerberoy, le château de Pierrefonds, la forêt de Compiègne… Des petits endroits de Paradis tout près de chez nous !

À lire aussi :
16 petits coins de Paradis dans l’Aisne
10 petits coins de Paradis dans la Somme

2 – 7 endroits pour se rafraîchir dans l’Oise

Avec la chaleur des mois de juin et juillet, vous avez été nombreux à chercher où se rafraîchir sans faire des heures de route. Espérons que le beau temps revienne au mois d’août pour pouvoir retourner dans ces endroits rafraîchissants.

À lire aussi :
Top 5 des meilleurs endroits pour se rafraîchir dans l’Aisne

3 – 10 bonnes raisons d’aller à Miams, et d’y retourner

Notre salon de thé coup de cœur à Amiens, qui propose aussi des menus faits maison pour le midi, adaptés aux saisons.

4 – Manoah : « La musique, c’est ce qui me fait rêver »

La jeune chanteuse amiénoise a participé à la dernière saison de The Voice. Éliminée avant les directs, elle a eu le temps de marquer les téléspectateurs et de conquérir le cœur des Picards.

À lire aussi :
Manoah : « Quoiqu’il arrive, je continuerai la musique »
Qu’est-ce qui est jaune et qui attend ? C’est Manoah

5 – La future voix que vous allez écouter à la radio, c’est la sienne

Benoit a enchaîné les stages dans différentes radios, et notamment à NRJ, dans l’équipe de Guillaume Pley. Un beau parcours pour un jeune homme âgé de 21 ans seulement.

Léa Czns

Mehdi, de Riviera : « Les tournées, c’est le meilleur moment pour nous »

Riviera, les trois rockeurs compiégnois, ont annoncé les premières dates de leur prochaine tournée. L’occasion de jouer les titres de leur premier EP mais aussi de faire découvrir des nouveaux morceaux au public. Ils joueront à Pont-Sainte-Maxence le 18 novembre. Rencontre avec Mehdi, chanteur et guitariste.

Mehdi, est-ce que tu peux nous présenter le groupe et son histoire ?

Alors Riviera, c’est à la base un groupe de quatre amis (Jérémy, Alexandre, Robin et moi), à trois aujourd’hui, qui font une rencontre hasardeuse mais heureuse lors d’un concert dans un petit bar anglais et décident de quitter leur Picardie natale pour aller travailler plusieurs mois dans le Nord de l’Angleterre, à Sheffield. Nous sommes tous les trois originaires de Compiègne, nous avons grandi ici avec une histoire commune entre nos familles qui lie certains d’entre nous, c’est vraiment une affaire de longue date !

1081745_10213705432647887_331092487_n

D’où t’es venue la passion de la musique ?

À titre personnel, j’ai commencé la musique assez tôt au Conservatoire de Musique de Compiègne où mon père travaillait. Mais pour être honnête, à l’époque, c’était plus une corvée qu’autre chose, les cours étaient beaucoup trop théoriques pour moi qui ne suis pas très scolaire. Je suis revenu à la musique vers mes 13 ans, après un voyage scolaire au Pays de Galles lorsque j’étais en 3ème où j’ai pu découvrir le rock anglais du début des années 2000.

Quels sont vos références  et votre univers musical ?

Elles varient pas mal entre nous, mais celles sur lesquelles nous nous retrouvons à 100% sont Foals, Queens of the Stone Age et Phoenix principalement. Il y a trois univers vraiment différents entre ces groupes mais tous ont un truc qui nous rassemble. Notre univers musical est un mélange de pop, de par le côté dansant de certains morceaux et de rock, via l’énergie et la puissance que l’on essaie d’ajouter dans certains riffs comme sur le premier disque. Nous considérons notre musique comme une sorte d’invitation au voyage avec différents tableaux en adéquation avec ce que les paroles racontent.

Vous avez sorti un premier EP, tu peux nous en parler ?

Ce premier disque était très important pour nous. C’était l’aboutissement de deux années de travail et la clôture d’un chapitre avec le départ de Robin à la batterie à cause de ses études. On l’a vécu un peu comme une transition dans notre histoire commune, une sorte de page qui se tournait. Les morceaux qui figurent sur ce disque font partie des premiers morceaux composés, nous avions donc à cœur de les sortir afin de pouvoir enchaîner sur la suite de manière logique avec le sentiment du devoir accompli.
En terme de succès, nous avons été franchement surpris. Nous avions prévu un stock de 500 disques que nous pensions mettre des mois à écouler pour au final se retrouver en rupture au bout de trois dates en Allemagne (rires). Pris de court, nous avons dû en faire represser en urgence et en graver nous-mêmes entre temps pour les offrir sur les dates qui suivaient. Je ne pense pas qu’on puisse parler de succès à proprement parler car ça reste minime au final en terme de ventes, mais nous étions déjà très heureux de tous les écouler !

Un autre est prévu ? ainsi qu’un clip ?

Tout à fait, notre prochain disque sortira début novembre. Ce sera encore un trois titres, probablement accompagné d’un clip en effet. Nous avons tourné pas mal d’images, notamment avec une amie à nous vidéaste (Noémie Danjou) lorsque nous étions à Nice et pensions en faire un petit clip « de vacances ».

Une anecdote d’un moment en studio à nous raconter ?

Un sacré paquet ! (rires) Mais la plus drôle est sûrement l’enregistrement de la fin du titre « Holy Fire » sur lequel Guillaume, l’un des ingés du Riviera Crew avec Greg et Romain, a enregistré une voix que l’on a gardée ! On a ri pendant des heures et des heures avec ça !

Une nouvelle tournée est annoncée sur votre page Facebook, quels morceaux allez-vous jouer ? Allez-vous présenter des nouveautés ?

La nouvelle tournée sera en effet l’occasion de présenter de nouveaux titres. Il y aura ceux présents sur l’ancien disque, le nouveau, mais aussi des morceaux jamais joués en live. Le tout accompagné d’un travail au niveau de la scénographie, plus ou moins conséquent selon la taille des scènes. Il y a vraiment un effort supplémentaire fourni sur tout cet aspect pour proposer un spectacle plus qu’un simple concert, ce que nous n’avions pas pu faire par le passé, faute de temps.

Avez-vous toujours aussi hâte de partir en tournée et de rencontrer le public ?

C’est le meilleur moment pour nous. C’est la finalité d’un travail de plusieurs mois qui aboutit par une série de concerts et de rencontres. On découvre aussi de nouveaux lieux, de nouvelles cultures et on se fait parfois même de nouveaux amis ! C’est vraiment ce que l’on préfère, aussi pour l’ambiance de tournée au sein du groupe. Voyager à sept dans un van pendant des semaines, rire, dormir, avoir mal au dos à cause des sièges inconfortables au bout de 8 heures (rires). Blague à part c’est vraiment ce que l’on préfère.

19964897_10213705432687888_487251210_n

19970850_10213705432607886_560494068_n

19987301_10213705432807891_415894487_n

Vous avez une date à Pont-Sainte-Maxence, est-ce qu’il y en aura d’autres en Picardie ?

Bien sûr ! Nous n’avons pas encore révélé toutes les dates mais en effet, il y en aura d’autres dans les alentours, notamment sur Compiègne et Beauvais, Creil également. Mais la date du 17 novembre avec Last Train à la Manekine sera une sorte de grande fête pour laquelle nous préparons quelque chose de vraiment spécial.

Si on veut vous croiser en train de boire un verre à Compiègne, à quel bar on doit aller ?

Bonne question ! (rires) Nous ne sommes pas tout le temps sur Compiègne, mais lorsque nous y sommes et que nous avons le temps de boire un verre, c’est souvent chez Marco ou au Macadam pour les soirées concerts qu’ils organisent régulièrement.

Propos recueillis par Léa Czns

Qu’est-ce qui est jaune et qui attend ? C’est Manoah

« Qu’est-ce qui est jaune et qui attend ? Jonathan ! » Vous n’avez sans doute pas échappé à ce buzz sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Cette blague, lancée par un jeune garçon de huit ans, filmé par son cousin, comptabilise plus de quatre millions de vues sur Youtube à ce jour.

Depuis, elle est reprise par de nombreux internautes et même par des célébrités, qui s’en amusent. Cependant, c’est une Picarde qui fait preuve d’originalité pour faire à son tour le buzz sur la toile.

Si Manoah, participante de The Voice 6, a voulu s’amuser et en faire profiter ses fans, c’est bien sûr en musique qu’elle a décidé de le faire sur Twitter.

Munie de sa guitare et accompagnée de son amie Léna, c’est à travers une cover aux rythmes soul qui caractérisent la jeune artiste, que cette dernière reprend à sa façon la blague culte du moment.

Avec cette reprise, si vous en aviez marre de « Jonathan », vous allez maintenant l’adorer !

                                                                                                                                                       Elodie

Compiègne pour l’albinisme au Ziquodrome

Samedi 8 juillet s’est déroulée au Ziquodrome de Compiègne la 3e journée internationale de sensibilisation sur l’Albinisme.

Pour soutenir l’association Les Albinos de Hema Nayélé, de nombreuses animations étaient au rendez-vous au Ziquodrome de Compiègne, samedi dernier : défilé, concert, stands associatifs et restauration. Retour en image sur cet événement.

IMG_7892

Mariam Maiga, présidente de l’association les Albinos de Hema Nayélé, était à l’initiative de ce rassemblement emblématique. Créée il y a sept ans, l’association a pour ambition de faire accepter les différences quelqu’elles soient. Au Burkina Faso, pays d’origine de la présidente, les persécutions à l’encontre des personnes atteintes de cette particularité génétique sont nombreuses. Face à cette injustice, elle en a donc fait son combat quotidien.

La scène du Ziquodrome a accueilli un concert et un défilé aux couleurs des créations de Ange-Marie-Koné, avec la présence de Pierre Vatin, député, Billy Matt, présentateur et chanteur, Caroline Kromwel, Reine du Muguet et enfin Marlène Fournier, Miss Hauts-de-France.

IMG_7955

Stand associatif comprenant notamment une vente d’articles féminins

bébé muanga.jpg

Bébé Muanda, parrain de l’association, était venu spécialement de Londres pour l’occasion

Caroline Kr & Alexis Bcr

Rendez-vous samedi à Corbie pour la 25e édition de la « Fête dans la Rue »

Vous cherchez une idée de sortie pour ce week-end, pour bien commencer l’été sous le soleil ? Rendez-vous ce samedi 24 juin à la « Fête dans la Rue » de Corbie, dans la Somme.

A une quinzaine de kilomètres d’Amiens, la ville de Corbie organise une nouvelle fois l’évènement incontournable de l’année dans le département Picard. C’est en moyenne 20 000 à 25 000 personnes qui font le déplacement chaque année pour assister à cette grande fête familiale et populaire proposée par la ville. Pour sa 25e édition, la « Fête dans la Rue » de Corbie sera l’occasion de découvrir dix spectacles locaux et internationaux et de participer à de nombreuses animations, aussi bien pour les adultes que pour les plus jeunes. 

Dès 16 heures, venez découvrir une programmation variée de spectacles de rue et d’animations pour tous. Entre numéros de cirque, théâtre burlesque ou encore concerts, chacun y trouvera son bonheur.

Sans titre 2

Animation « L’Abbatiale à l’époque du Moyen-âge »

Au programme des animations, entre autres, la découverte de « l’Abbatiale à l’époque du Moyen-âge », où le spectateur amateur d’Histoire pourra découvrir comment l’on vivait à Corbie au XIIe siècle, à travers des activités auxquelles il pourra participer. 

Sans titre 3

« Jeux de tradition »

Parmi les animations, il sera également possible de s’initier aux jeux traditionnels de notre région. Vous découvrirez par exemple comment se jouent le « palet pétanque » ou encore le « quoridor géant ». 

Pour les enfants, toutes sortes d’animations seront également prévues pour eux. Pour les plus jeunes (moins de trois ans), vous y trouverez un espace « cocooning » rempli, entre autres, de peluches géantes, mais aussi un coin lecture. 

Pour les plus grands, des activités sportives telles que des ateliers de grimpe dans les arbres seront disponibles dans l’espace « Sport et Découvertes ». 

Sans titre 4.jpg

Le groupe « La Bonne Heure » 

Du côté des spectacles de rue, de la musique sera prévue, notamment avec le groupe « La Bonne Heure », qui sera en représentation à partir de 16 heures, place de la République. D’autres groupes sont également à retrouver tout au long de la journée. 

Du théâtre burlesque sera aussi présenté au public, avec Les Passes Tressées « Sucré Salé », dès 16h45, place de la République. 

                                                                                                                                                 Elodie 

 

RETROUVEZ LE PROGRAMME COMPLET SUR CET ÉVÉNEMENT SUR WWW.MAIRIE-CORBIE.FR 

 

Manoah : « Quoi qu’il arrive, je continuerai la musique ! »

Manoah a été révélée grâce à la dernière édition de The Voice. Si elle n’a pas pu participer aux directs, elle est restée un coup de cœur pour tous les français. Elle sera en concert à Amiens demain soir pour la fête de la musique. Rencontre avec cette jeune artiste.

Léa : La France a craqué sur toi en regardant The Voice, que retiendras-tu de cette aventure ?
Manoah : The Voice est une aventure fabuleuse ! Au delà de la musique, j’ai vécu de superbes choses. L’aventure m’a apporté un peu de confiance en moi. Même si tout cela reste un jeu, cela aura permis de forger une petite expérience…

Les 8 finalistes passeront à Amiens lors de leur tournée, tu comptes aller les voir et passer un moment avec eux ? As-tu gardé des liens avec les candidats et les coach ?
Je ne pense pas y aller… J’ai gardé quelques contacts avec certaines personnes de l’aventure mais pas les coachs.

Te revoilà dans une vie normale, avec les épreuves du bac. Le retour à la réalité n’a pas été trop difficile ?
Un petit peu, mais c’était une expérience enrichissante une sorte de phase, il y en aura bien d’autres. Il est vrai que cette cassure est plutôt brutale… mais c’est la vie !

Qu’est-ce qui a changé depuis l’aventure ? Les gens t’interpellent dans la rue ? Te suivent sur les réseaux ?
Les gens sont très avenants avec moi dans les rues, sur plusieurs villes d’ailleurs ainsi que sur les réseaux sociaux ! Je ne suis pas habitué à tant d’activité autour de moi. Pourtant ça s’efface peu à peu depuis mon élimination…

Tu seras à la fête de la musique d’Amiens avec Léna, tu peux nous en dire plus sur votre programme ? Nous dire quelques titres ?
Léna et moi formons un groupe acoustique, nous n’avons pas encore de « nom » de groupe pour l’instant car cela ne fait que 3-4 mois que nous avons commencé. Nous souhaitons revisiter plusieurs chansons à notre manière dans divers registres différents, en faisant des arrangements, des harmonies.. Jusqu’à ce que nous soyons prêtes à composer nous même, et, peut être un jour sortir un EP (Extended Play) voire plus… Nous nous laissons du temps. En attendant, nous chantons régulièrement dans des bars, restaurants sur Amiens et des sessions musicales dans la rue. Le 21 juin nous participons à la fête de la musique, à 21 heures place Gambetta. Toutes les reprises sont en acoustique, joué à la guitare par Léna. Je ne vous en dis pas plus … il faut venir et écouter !

Tu comptes continuer la musique avec elle, en duo ?
Oui, notre projet et de faire un duo. Nous formons déjà un duo dans la vie alors pourquoi pas dans une carrière musicale. En tout cas nous y songeons beaucoup.

Tu peux nous en dire plus sur tes projets ? Tu vas continuer la musique ? On peut espérer un single voire un album ?
Pour l’instant je me laisse du temps pour composer mes chansons, avec Léna également. J’aimerais sortir un petit album un jour empreint de jazz et de soul. J’attends d’avoir la maturité nécessaire  pour réaliser ce projet. Quoi qu’il arrive, je continuerai la musique ! En parallèle, je serais ravie de me lancer dans une carrière de doublage de dessins animés ! J’adorerais ça !

Tu as aussi une autre passion qu’est le dessin, vas-tu te servir de ta célébrité pour faire découvrir ton talent caché aux personnes qui te suivent ?
Je ne sais pas encore… Si j’ai la chance de réaliser un clip je pense le faire en collaboration afin de pouvoir y inclure mes dessins, mon univers. Et si un jour je ou nous sortons un album le projet serait de réaliser notre propre pochette avec nos dessins.

Propos recueillis par Léa Czns

Nos idées pour la fête de la musique

1 – Manoah en concert à Amiens. À Auchan l’après-midi, place Gambetta à partir de 21 heures. La jeune femme, qui s’est fait remarquer dans la dernière saison de The Voice se produira en duo avec Lena.

17453258_1407016692692328_2106516900_o

2 – Raphaël, à Mareuil-Lamotte. La petite commune près de Thourotte accueille chaque année plus de 3 000 personnes. C’est la seule ville de Picardie qui accueille un nom connu de la musique française. Place de la mairie, à partir de 17h30.

3 – Abbeville accueille Ciol, révélation picarde qui a sorti il y a quelques mois son premier clip.

4 – Les jeunes rockeurs isariens Two Trains Left se produiront à Clermont.

IMG_7404

5 – La scène electro de Compiègne, qui attire toujours de nombreuses personnes

Le Tigre a rugi au son de l’Imaginarium Festival

L’Imaginarium Festival, vous connaissez ? Sans aucun doute l’événement musical le plus important et le plus attendu du Compiégnois.

IMG_7534

Pour sa 4e édition, les étudiants de l’Université de Technologie de Compiègne, membres de l’association à l’origine de ce projet pharaonique, n’ont pas lésiné sur les moyens. Cette année, l’Imaginarium Festival bat des records. Avec un budget de 500 000 euros, dont la majeure partie est consacrée à la venue des artistes. Ce ne sont pas moins de 11 000 festivaliers qui se sont rendu les 3 et 4 juin au Tigre de Margny-lès-Compiègne, pour assister aux festivités.

« J’ai déjà hâte d’être l’année prochaine ! »

« C’est la 4e année que je participe durant les deux jours, je n’ai jamais été déçu ! Plus les années passent et plus le festival se développe. J’ai déjà hâte d’être l’année prochaine ! » nous lance Anthony à la sortie du festival. « J’adore l’Imaginarium ! L’ambiance est vraiment super entre les festivaliers, j’espère que la prochaine édition verra leur nombre augmenter, pour que les artistes viennent et reviennent à Compiègne. » renchérit Quentin. À l’instar de ces festivaliers, nous avons pu mesurer l’impact qu’à l’Imaginarium Festival. Le public vient de toute la France pour participer à un événement dans le Compiègnois, organisé par des étudiants. « On a déjà de très bons retour. » confie Ulysse Fereira, chargé de communication de l’Imaginarium Festival.

 

Pour ceux qui souhaitaient faire les deux jours, un camping était prévu sur place. Il a regroupé plus de 900 campeurs et affichait complet plusieurs jours avant le début du festival. L’Imaginarium Festival dénombrait trois scènes. La petite nouvelle, le Cosmodock, proposait une line up (ndlr : liste d’artistes) originale, composée d’artistes émergents, avec une créativité affolante. La plus importante des scènes, la Main Stage, qui prend place sur la miroitante scène extérieure du Tigre, a quant à elle pu voir son sol foulé par d’impressionnants artistes comme Deluxe, ou encore Naive New Beaters, groupe montant, dont les membres sont compositeurs d’une musique nouvelle, mélange de plusieurs influences pop, rock, électro, et que nous avons pu rencontrer, quelques instants avant qu’ils enflamment la scène du Main Stage.

Dernière scène enfin, le chapiteau SG Arena, qui lui aussi aura abrité les prestations de grands artistes, tels que Rilès, Etienne de Crécy, mais également la révélation de ce festival, French Kiss, groupe compiégnois qui a remporté le tremplin Imaginarium, et qui est actuellement en pleine évolution. Nous avons hâte de les retrouver, et de vous retrouver, vous aussi, certainement à la prochaine édition de l’Imaginarium Festival !


Rencontre avec Naive New Beaters

 


Florian & Alexis : Nous avons remarqué votre présence sur plusieurs festivals, qu’appréciez-vous lorsque vous jouez dans de tels événements ?
Naive New Beaters : Ce sont plusieurs valeurs telles que le partage, la rencontre d’autres groupes ou encore la conquête d’un nouveau public, qui nous pousse à nous produire lors de ces événements.

Une fois sur scène, respectez-vous exactement votre enregistrement studio ?
Dans les grandes lignes, mais il y a toujours une part d’improvisation qui justement est créée par le public et c’est dans ces moments que la magie de notre groupe se révèle !

Connaissiez-vous l’Imaginarium Festival avant d’avoir l’opportunité d’y participer ?
Oui ! Grâce à notre tourneur, mais également parce que nous avions déjà effectué des représentations au bar associatif Pic’Asso de l’UTC.

Dans un avenir proche, quel tournant va prendre votre groupe ?
Nous nous rendons cet été à Barcelone. Nous serons également présents au Main Square festival et aux Vieilles Charrues. Nous préparons actuellement notre nouvel album, et vous pouvez d’ores et déjà visionner notre dernier clip Words Hurt, qui est interactif. Nous sommes parmi les premiers à utiliser ce concept !

Florian Campredon et Alexis Bcr


 

French Kiss va embrasser le public de l’Imaginarium Festival

Derniers préparatifs avant le coup d’envoi de la quatrième édition de l’Imaginarium Festival ce week-end à Compiègne. L’enjeu est de taille pour le jeune duo prometteur de French Kiss. Rencontre avec les vainqueurs du Tremplin Electro qui seront sur la scène du festival dimanche 4 juin à 16h45.

« French Kiss c’est un rêve de deux potes qui commence à se réaliser. »

Les deux compiègnois n’en seront heureusement pas à leur première prestation devant des centaines de personnes. « Nos deux récentes expériences en boîte de nuit au Patio et au Vénus nous ont servies de terrain d’entraînement pour tester nos musiques sur un public », se rassure le duo. Des morceaux nés de la rencontre entre deux lycéens et de leur style affirmé. Cédric Thiefine et Etienne Abran possédant une culture musicale commune de la guitare ainsi qu’un intérêt particulier pour la musique électro, décident il y a trois ans de tenter l’aventure French Kiss. Le premier ayant déjà une connaissance technique plus poussée apporte son influence de musique « trap ». Tandis que le deuxième tempère avec un son plus planant. « French Kiss c’est un rêve de deux potes qui commence à se réaliser. Notre but est de faire ressentir la musique aux gens. Ça ne m’apporte que du bonheur ! », explique Cédric avec enthousiasme. Ce mélange de style se révèle terriblement efficace, comme dans le titre aérien Free d’Homme « que vous aurez l’occasion d’entendre à l’IF », nous glisse Etienne avec un air complice.

« Jouer devant des personnes c’est une chance énorme, et c’est à la fois excitant et stressant. En tout cas, ça nous motive beaucoup pour nous donner à fond. Le but étant de faire plaisir aux autres tout en se faisant plaisir soi-même, après tout, ça sert à ça la musique », explique Cédric. L’aventure est en effet possible aussi grâce au soutien de l’entourage des deux jeunes lycéens « même si ce n’est pas toujours facile de concilier la musique et les études, la famille et les amis sont là pour nous redonner confiance et avancer », continue-t-il.

DSCN2612Etienne Abran, présentant le modèle de sweat réalisé pour les fans de la première heure

Cédric et Etienne avaient déjà postulé en 2015 pour le Tremplin Electro, qui sélectionne les deux meilleures prestations parmi tous les candidats en lice et leur propose un passage au festival. « A l’époque nous n’avions pas assez de matériel, ni assez de matière », avoue Etienne. Mais c’est en 2016 que tout change pour les deux lycéens. Ils réalisent une collaboration avec Alexandre Nivart, et son groupe NVRT, qui vient apporter son expérience musical au duo en plus de poser une voix chaude et métallique. Le résultat de cette collaboration : Halftone, un EP (Extended Play) dynamique et touchant sorti en avril. Autre bonne nouvelle pour French Kiss, le ticket d’entrée pour une scène à l’IF, auquel s’ajoute l’intérêt de Jules, étudiant à l’UTC, pour le travail du duo. « C’est en quelque sorte notre manager », confirment-ils.

Halftone

Alors quels projets pour le duo après 45 minutes de show endiablé ce dimanche ? Les deux amis affirment qu’il y aura une pause pour French Kiss, se consacrant un peu plus à leurs styles et projets solo. Cédric en tant que l’Axiste, et Etienne en tant que Feather. Ce dernier nous confie d’ailleurs sa fascination pour les musiques de film et espère pouvoir attirer des partenariats.

French Kiss nous donne rendez-vous samedi et dimanche sur les Hauts de Margny, au Tigre, pour l’Imaginarium Festival ! Mais aussi sur :

Soundcloud

Facebook

YouTube

Benjamin Godart